Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar

Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar
Les Amis de Baboucar


Les Amis de Baboucar

LES AMIS DE BABOUCAR

REALISATIONS

"LUMIERE D’ESPOIR POUR BABOUCAR"      2006-2007


Le nom de ce projet, monté en partenariat entre les 3 associations ci-dessous, vient de son objet d’origine :électrifier Baboucar.

Malheureusement, le coût très élevé de cette réalisation nous a fait quelque peu bifurquer, d’autant que la population nous a exprimé ses priorités dans un tout autre domaine: celui de l’accès à l’eau.

C’est ce qui est ressortie de la mission d’identification qui s’est déroulée sur place en novembre 2005, avec une délégation composée de membres de chacune des 3 associations. ( 
photos et compte-rendu  )

Un forage profond assorti d’un château d’eau avaient été d’abord envisagés, puis écartés en raison de la nappe salée présente en profondeur. Le projet définitif prévoit donc le forage de 5 nouveaux puits maçonnés à Baboucar (plus 1 au collège de Samba Dia et 1 à N’Dangane), et la sécurisation par couvercle métallique rabattable de tous les puits, nouveaux ou existants.

Seul projet adopté à l’unanimité lors de sa présentation en commission auprès des instances nationales d’Electriciens Sans Frontières,
il a obtenu un accord définitif en mai 2006. Les crédits étant débloqués en deux parties, la réalisation se fera à cheval sur la fin 2006 et le début 2007.

Ce projet a été totalement réalisé, grâce à nos partenaires : 

  • les 2 premiers puits ont été forés début décembre 2006
  • les 5 autres de janvier à avril 2007.

"UN AVENIR POUR TOUS A BABOUCAR"   2007


Cet autre projet, monté en partenariat avec "Les Sénégaulois", une association amie basée à Buis les Baronnies dans la Drôme, vise à améliorer les structures sur 3 axes principaux :

Pour financer ce projet, nous espérions pouvoir bénéficier d’une aide du Fonds Social de Développement, mis en oeuvre par l’Ambassade de France à Dakar, afin de compléter les fonds récoltés par nos deux associations. Le dossier a été soumis à l’Ambassade fin novembre 2006 et la réponse était attendue pour le mois d’avril 2007...

l’enseignement primaire, en construisant une salle de classe à Baboucar, afin d’avoir le cycle complet: préscolaire, CI, CP, CE1, CE2, CM1, CM2; nous en profiterons pour refaire les toilettes de l’école avec fosse septique réelle, afin de préserver la nappe phréatique menacée.

l’enseignement secondaire, en ajoutant trois salles de classe au collège de Samba Dia, distant de 2 km, et vers lequel s’orientent tous les élèves de Baboucar admis en 6°. Ouvert en septembre 2005, il est déjà saturé, et manque cruellement de place depuis la dernière rentrée.

l’activité économique locale, afin de ne "laisser personne sur le bord du chemin", et particulièrement ceux qui ne peuvent accéder à l’enseignement secondaire, et arrêtent leur scolarité après le CM2. Dans le cadre d’un Groupement d’Intérêt Economique (GIE) créé dans ce but par les femmes du village, nous développons une activité de "maraîchage sur table"
(cette formule demande peu de terrain, et économise l’eau), une activité d’élevage de volailles et une activité de commerce.

réalisé 2° trimestre 2007

non réalisé

réalisé 1° trimestre 2007

Nous n’avons malheureusement pas obtenu l’aide du F.S.D. et n’avons pu réaliser sur les fonds propres de nos deux associations, que deux des trois volets que comportait le projet.

"EXTENSION GEOGRAPHIQUE  DE NOTRE ZONE D’ACTION"   2007

Nous avions déjà envisagé d’étendre progressivement à l’avenir notre zone d’action, par cercles concentriques autour de Baboucar.

Ceci pour plusieurs raisons:

  • notre volonté était d’aider suffisamment pour faire progresser la situation du village, jusqu’à combler le retard sur les villages voisins
  • de ne pas aller au-delà pour en faire un village envié, au risque de favoriser des déplacements de population non souhaitables
  • de savoir alors se tourner vers d’autres démunis, tout en conservant les amitiés solidement établies

Nous avons donc commencé à mettre en pratique ces orientations:

En novembre 2006, nous avions découvert Samba Diallo, petit village isolé situé à 6km de Baboucar, encore plus pauvre et démuni que lui, mais où on nous avait réservé un accueil spontané et très chaleureux.


Sollicités alors par le jeune chef de village, nous avions répondu sans promettre quoi que ce soit, que nous y penserions dans des projets futurs.

Nous sommes passés aux actes lors de notre séjour suivant, en février 2007. Devant toute la population réunie, nous avons remis au chef de village la somme de 715.000 F CFA (environ 1.100 €), pour permettre le forage d’un très bon puits maçonné et sa couverture par un couvercle de sécurité en métal.
La joie de la population était telle, qu’une fête a été aussitôt improvisée...


Dix jours après notre retour en France, nous apprenions que le puits était terminé et fonctionnel !...
Il faut préciser que le village en était totalement dépourvu, et ne comptait que quelques puits précaires en terre, détruits à chaque saison des pluies.

"OBJECTIF SANTE"     2007-2010

Les hivernages 2005 et 2006 ont été les deux premiers sans victime du paludisme à Baboucar.
C’est un succès incontestable, à mettre au crédit des actions à la fois préventives (distribution de moustiquaires imprégnées par nos amis Les Sénégaulois) et curatives (mise en place de médicaments à la case de santé par nos soins, pour un traitement rapide des cas sur place).

La case de santé est primordiale pour la population du village. Nous l’avions compris dès 2004 en la découvrant flambant neuve mais vide, et en y apportant les premiers produits. Nous avons continué en 2005, et surtout en 2006 en mettant en place un vrai stock de départ, constituant un fond de roulement à partir duquel le montant des consultations permet le remplacement des médicaments prescrits.

Malheureusement, ce montant est insuffisant pour rémunérer également Nâma, le jeune "agent de santé communautaire", en poste depuis 2005 après une formation rapide au poste de santé de Samba Dia. Doué, compétent, très apprécié par la population, et passionné par son métier, il ne parvient pas pour autant à en vivre, et cette situation précaire fait peser une menace sur le maintien de la case en fonctionnement.

La solution idéale serait bien sûr que sa rémunération soit prise en charge par le Ministère de la Santé, mais pour celà il faut être infirmier diplômé d’Etat, après 3 ans d’études.


Nous avons donc décidé en 2007, en accord avec Abdou Gakou, infirmier chef à Samba Dia et supérieur hiérarchique de Nâma, de prendre en charge cette formation, et nous nous sommes engagés pour les 3 ans. L’intérim sera assuré à Baboucar par Bineta (la matrone qui assurait déjà les accouchements), après un complément de formation à Samba Dia.

Pendant ces trois années d’études que Nâma suivra à Kaolack (100Km), il effectuera à Baboucar ses périodes de stages pratiques.

Nous parions donc sur la capacité de Nâma à obtenir son diplôme, la rémunération qui en découlera, afin de pérenniser la case de santé de Baboucar.

SUITE DE "L’EXTENSION GEOGRAPHIQUE"   2008 - 2009

Deux étudiantes de l’association, Claire et Amandine, ont effectué dans le cadre de leurs études un stage de 4 semaines, du 15 nov. au 14 décembre 2007, logées chez l’habitant à Baboucar. Leur sujet de stage : effectuer pour nous une "mission d’identification des besoins" dans 20 petits villages entourant Baboucar, dans le cadre de l’extension géographique de notre action, validée en Assemblée Générale.

Elles ont donc rencontré la population, les chefs de villages, les instituteurs, les principaux responsables, etc... afin d’établir une cartographie des besoins rééls et des priorités à traiter, en matière d’accès à l’eau, de santé et d’éducation. Se déplaçant en charrette, elles ont sillonné la région
(voir carte). L’accueil a été partout excellent, et dans certains villages, extraordinaire.

Elles nous ont fait gagner ainsi un temps précieux, et permis d’être beaucoup plus efficace lors du voyage de groupe qui a suivi (du 15 au 22 février 2008, 7 membres étaient sur place), nous avons ainsi été directement au but:


     - Equipement de 14 villages en moustiquaires imprégnées 
      pour prévenir du palu, 12 au nom de Color’Toi, 2 par nous
         ( 860 moustiquaires au total )

en jaune :     par Color’Toi
en orangé :  par les Amis
                       de Baboucar

Zone étudiée

Villages déjà équipés

Villages à équiper

     - Forage de puits dans des villages particulièrement 
      démunis dans ce domaine
     
(aucun puits en dur, ou 1 pas assez profond et asséché dans la 
          journée, puisent à 4h du matin ou vont à 7 km...)

Puits forés 2006-7

Puits forés 2008

Puits forés 2009

en orange :  par les Amis
                       de Baboucar

en rouge    :  par les Amis
                       de Baboucar

en bleu        :  par Aintzina
en mauve   :  par les Amis
                       de Baboucar

"UNIS CONTRE LE PALU"   2008 - 2011 - 2014

Le paludisme, première cause de mortalité au Sénégal comme dans beaucoup de pays d'Afrique, tuait chaque année 100 personnes dans la quinzaine de villages de notre petit secteur, principalement des enfants en bas âge...


C'est ce terrible constat qui a conduit les adolescentes de la junior association Color'Toi, notre partenaire, à financer en 2008 les 860 moustiquaires imprégnées que nous avons distribuées en leur nom dans 14 villages. ces moustiquaires ont une efficacité de 3 ans.

En 2011, nous avons financé leur ré-imprégnation et leur complément, et emmené les filles de Color'Toi avec nous pour repasser dans les 14 villages.

En 2014, il était temps de remplacer la totalité par des neuves, 1.300 ont ainsi été mises en place dans 16 villages.


Sur les 6 années écoulées, aucune victime du palu sur ces villages, aucun cas répertorié de "palu grave" et 50% de diminution des cas de "palu simple".

Les 600 morts ainsi évitées nous interdisent tout relachement, et nous poussent à continuer impérativement cette action tous les 3 ans pour ne pas permettre au paludisme de se réinstaller.... A moins que d'ici 2017, le ministère de la santé n'ait pris totalement le relais...

"UNE AMBULANCE POUR SAMBA DIA"   2010

Equiper la zone d'une ambulance 4x4, capable d'aller soigner ou évacuer vers l'hôpital un malade isolé, même en saison des pluies où toutes les pistes sont coupées !...


C'est le pari un peu fou que nous nous étions lancé en 2009...


Avec l'aide des pompiers de chez nous (le SDIS 64) ce projet a vu le jour en 2009 et le véhicule a été convoyé par la route début 2010, du Pays Basque jusqu'au Sénégal.


Outil précieux maintenu en parfait état depuis lors, il joue pleinement le rôle attendu tout au long de l'année, et surtout bien sûr, à chaque saison des pluies.

"UN REGARD D'ENFANT"   2012

Axée sur le jeune enfant et la femme enceinte, ce projet a été réalisé début 2012

  • mise en place d'un échographe portatif  ( complément direct de l'ambulance 4x4 )
     
  • complément en fer pour 300 femmes enceintes

    et surtout :
  • déparasitage intestinal d'un millier d'enfants sur 16 villages

"LUMIERE D'ESPOIR"   2013

  • Eclairage solaire du poste de santé de Soudiane Dimlé
     
  • Eclairage solaire de l'école de Baboucar

étaient les principaux objectifs de ce projet, qui a été réalisé totalement en mars 2013.

"LE MOULIN DU COEUR"   2013

La "récolte du coeur" de piments d'Espelette (opération organisée par le syndicats de producteurs) consiste à mobiliser le maximum de bénévoles sur une journée, pour récolter au profit de l'association retenue. En septembre 2012, c'était les Amis de Baboucar...

La somme recue pour cette récolte a financé le moulin à mil de Sorobougou.

Pour l'abriter, il fallait construire un local, nous en avons financé les matériaux de construction, les villageois ont fourni le sable et la main d'oeuvre.

"L'AMITIE POUR BAGAGE"   2015

Un groupe aussi soudé pouvait facilement envisager un gros programme :

  • école de Bagana Wolof : réfection de la salle de classe et construction des toilettes
  • case de santé de Léona : réfection, raccordement à l'eau, éclairage solaire, et équipement complet en mobilier et matériel

Projets rajoutés en cours de mission :

  • collège de Ndangane : charpente et couverture d'une classe
  • poste de santé de Soudiane Dimlé : adduction d'eau et installation de plomberie
  • préscolaire de Soudiane Bala : construction des toilettes et de la fosse


La totalité de ces projets a été réalisée entre décembre 2014 et avril 2015.

Haut de page

Accueil du site